Festival de Street Painting Toulon | Historique
64
page-template-default,page,page-id-64,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,street painting toulon-ver-1.4,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,vertical_menu_inside_paspartu,grid_800,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

le festival

L’art Madonnaro

UNE TRADITION ITALIENNE UNIQUE AU MONDE

Les origines de la peinture de rue se confondent avec la naissance d’un mouvement artistique initié en Italie au 16e siècle par des artistes itinérants qui s’inspiraient de l’iconographie religieuse et de ses peintres célèbres pour dessiner, à l’aide de pigment ou de craies, de grandes fresques éphémères sur le sol. Sous l’impulsion de l’église catholique, l’art Madonnaro se propage à travers toute l’Europe et devient très populaire.

Au XXe siècle, la seconde guerre mondiale participe à la lente disparition des artistes de rue. Il faut attendre les années 1970 pour assister à la renaissance de l’art Madonnaro à Grazie Di Curtatone, province de Mantova en Italie, où se déroule chaque année un prestigieux concours accueillant près de 150 artistes madonnari venus du monde entier. Le Festival de Nocera fait également office de référence en Italie où il est reconnu comme étant un acteur majeur dans le développement de l’art Madonnaro, tradition unique au monde.

UNE VIE DEDIEE A LA RUE

Straccetto, Toto De Angelis de son vrai nom, est sans nul doute l’artiste-peintre madonnaro le plus connu d’Italie. Homme peu ordinaire, Straccetto a dédié toute sa vie à la rue pour pouvoir mieux la connaître et partager avec les passants ce qu’il avait de meilleur, quelques bouquets de violette et sa peinture dont certaines œuvres sont exposées au Santuario di Grazie di Curtatone.

L’Art Madonnaro a connu diverses évolutions et a inspiré d’autres mouvements tels que l’anamorphisme que l’on doit à Kurt Wenner en 1980, architecte et peintre américain. L’anamorphisme se rapportant à la technique de l’illusion utilisée notamment pour les décors de théâtre. Julian Beever, Rod Tryon ou encore Tracy Lee Stum, artistes mondialement connus, emploient la technique de la 3D pour réaliser des fresques surprenantes et spectaculaires.

GROS PLAN : « Le Petit Peintre de Liverpool » James William Carling (1857-1877)

Dès l’âge de 6 ans, James William Carling, accompagné de ses frères à peine plus vieux que lui, arpentait les rues de Liverpool, craies à la main, à la recherche d’un bon spot pour dessiner sur les trottoirs. Toujours plus astucieux à déjouer les plans de la police qui le pourchassait, le jeune James William s’est fait connaître pour la beauté de ses dessins représentant des scènes et paysages du Liverpool des années 1860, une création foisonnante et débordante lui a valu le nom de « Petit Peintre de Liverpool ». Quelques-unes de ses illustrations du fameux poème « The Raven » d’Edgard Allan Poe figurent parmi les collections du Muséum de Richmond (USA). La légende du « Petit peintre de Liverpool » fait, aujourd’hui, la fierté de toute une ville !